Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Transformer notre deuil en expérience propulsante

Dans cet article, permets-moi de partager avec toi un aspect personnel de mon histoire, un chemin parsemé de découvertes et de transformation, celui du deuil.

Le deuil est une expérience universelle, mais également très personnelle.  Chacun de nous le traverse à sa manière, avec ses propres défis et ses propres moments de réflexion.  Pour ma part, le deuil est devenu un compagnon de route inattendu, mais riche d’enseignements.

Il y a 39 années, j’ai vécu le décès de mon père biologique.  Ce fut un moment déchirant, marqué par le manque, la tristesse et le désarroi.  Mais au fil du temps, j’ai découvert que le deuil n’était pas simplement une épreuve à surmonter, mais aussi une occasion de croissance et de transformation.

Dans les profondeurs de la douleur, j’ai trouvé une force insoupçonnée, une résilience qui m’a permis de continuer à avancer malgré les obstacles. J’ai appris à honorer la mémoire de mon père en vivant pleinement, en embrassant chaque instant avec gratitude et en cultivant des relations authentiques avec ceux qui m’entourent.

Quand j’ai entrepris de me spécialiser en gestion du deuil, je pensais le faire dans le but d’aider nos aînés vivant en résidence à mieux traverser leurs différentes pertes, qu’elles soient liées au décès d’un être cher, à des transitions de vie ou à des pertes d’autonomie.  Cependant, j’ai été surprise lorsque l’on m’a demandé de travailler sur le deuil d’une personne physique.

Face à cette exigence, je me suis retrouvée dans une situation délicate.  Tous mes deuils semblaient bien anciens, remontant à plus de trente ans, et semblait-on, bien résolus.  Mais sous la pression, j’ai choisi de travailler sur le deuil de mon père biologique, survenu il y a 33 ans.  À ma grande stupéfaction, j’ai réalisé que ce deuil était loin d’être résolu. 

Je m’étais persuadée que le temps réglerait tout, mais il n’en était rien.  Le temps avait seulement amplifié les sentiments de manque, de ressentiment envers son absence, son manque d’intérêt envers moi et sa dépendance à la boisson.  Notre relation était presque inexistante, à tel point que je me sentais coupable de le nommer “papa” vu son absence dans ma vie.

Pendant ma spécialisation, j’ai repris confiance en nommant ce que je n’avais jamais osé nommer.  Des nœuds intérieurs se sont défaits, laissant place à la douceur et à la sensibilité envers moi-même et envers mon père.  Plus j’avançais dans ce processus, plus notre relation se transformait, devenant une relation avec mon père, mon PAPA, que je ne voulais plus perdre.

Tout au long de ce parcours, j’ai récupéré de précieux héritages.  J’ai compris l’importance de mettre des mots sur nos deuils et nos difficultés pour mieux les surmonter et vivre dans la légèreté, la liberté et la sérénité.

Laisse-moi te présenter en image la fin de ma spécialisation sur le deuil qui illustre parfaitement ce processus de transformation : celle d’un feu d’artifice.  Avant, je me sentais comme le dernier bâton dans la dernière boîte, relégué au fond de l’entrepôt.  Mais grâce à ce voyage à travers mon deuil, je suis devenue le feu d’artifice qui éclate en plein ciel, vibrant de couleurs et de lumière.  J’ai appris que c’est en faisant face à mes souffrances que je pouvais véritablement transformer mon deuil et trouver la paix intérieure.

Merci de m’avoir accordé ton attention et ton soutien.  Ensemble, continuons d’avancer, avec courage et compassion.

Chaleureusement Claudine.

 

Articles similaires

Claudine Blier Coach | Thérapeute | Formatrice Conférencière | Auteure

La beauté

La particularité qui rend une personne unique et différente d’une autre, c’est sa beauté. Sa

Claudine Blier Coach | Thérapeute | Formatrice Conférencière | Auteure

La générosité

  Savais-tu que la générosité fait partie des valeurs qui font vibrer le cœur ?!    La générosité se

Création et Lumière

Dis, dans la vie en général, es-tu quelqu’un de créatif ?  Sais-tu qu’être sur le