As-tu déjà vécu un deuil physique, la mort d’un être cher ?  

Comment as-tu vécu cette expérience,  

Quel est ton parcours de vie en lien avec le deuil ?  

Est-ce que la mort soulève des peurs en toi ?  

Même s’il s’agit d’un proche, la douleur de la perte est bien présente ! 

Voir le corps d’un défunt permet de faire le deuil 

Effectivement, l’étape cruciale du deuil débute au moment où les proches voient le corps du défunt. 

Voir le corps sans vie d’un de nos proches vient confirmer qu’il n’y a pas de retour possible.  C’est incontestable.   

Selon le témoignage de plusieurs personnes, voir le corps les a grandement aidés à faire leurs derniers adieux et à faire la paix avec le défunt, mais aussi avec la mort.  Souvent dans les salons funéraires où la personne est exposée, j’entends “Regarde comme il est beau!”  “Il se ressemble tellement!”  En plus de favoriser la paix, ça aide à garder une belle image de la personne.   

Dans mon entretien avec Danielle Huard, maquilleuse professionnelle, elle disait ceci : “C’est pourquoi il est important de maquiller le défunt, surtout lorsqu’il est mort d’une maladie ou d’un accident pour que sa famille et ses amis puissent le voir une dernière fois sans qu’ils soient apeurés. Leur dernière image de lui correspond à ce qu’ils ont connu de lui à son vivant. C’est très important.” 

L’entendre m’a remis dans la paix de voir un défunt.  Dans mon expérience personnelle, je constate la différente entre voir un corps dans un cercueil versus voir une urne qui contient les cendres.   

Quand il y a présence du corps, j’entretiens une conversation avec le défunt où je lui demande d’apporter protection à ses proches.  Quand je suis en présence d’une urne funéraire, j’ai pu observer que je n’ai pas ce type conversation.  Comme je ne vois pas le corps, j’ai de la difficulté à établir un contact ou à faire un lien.  Mais c’est mon humble expérience, qu’en est-il pour toi ? 

 

Utiliser les bons mots face à la mort 

Souvent quand un proche décède, nous disons “Elle est partie!”  J’ai une petite question pour toi : Quand tu pars en voyage, est-ce que tu t’attends à revenir à la maison?  Alors si nous disons qu’un défunt est parti, notre cerveau s’attend inconsciemment à un retour.  Ceci a un impact direct sur la façon dont je vais vivre mon deuil.    

D’où l’importance d’utiliser les bons mots et de dire qu’on ne pourra plus toucher la personne décédée, ni lui parler, ni le sentir, ni le voir, que son cœur s’est arrêté de battre et que son corps ne souffre plus, etc.  Mais ça n’enlèvera pas, cette personne va continuer d’occuper une place importante dans notre cœur. Tout cela, c’est du concret.  

Aussi, à l’époque où nous vivons, tout se passe très vite, même avec le processus des funérailles.  Il n’est pas rare de voir une exposition sur 3-4 heures pour ensuite revenir rapidement dans nos vies. Les rituels entourant le deuil ont pratiquement disparus malgré tous les bienfaits qu’ils apportent dans le processus du deuil 

Les rituels aident, entre autres :  

  • À mettre des mots sur les événements entourant la mort;  
  • À se remémorer les moments significatifs de la personne avec nous et ses proches; 
  • À apprivoiser le fait que la personne décédée ne sera plus présente physiquement dans nos vies;  
  • Accueillir les émotions en lien avec la mort de l’être cher.; 
  • Et plusieurs autres bienfaits. 

 

Comment transformer nos expériences de deuil ? 

Les deuils laissent des marques, comme des empreintes dans notre quotidien. Ça se peut fort bien que nous ne sachions pas comment le vivre.  

Chaque deuil est différent.  Nous le vivons tous et toutes à notre façon et de manière bien différente. Quand le deuil survient, nous ressentons des émotions et des sentiments qui sont différents d’un deuil à l’autre et tout dépendant du lien d’attachement que nous avions avec la personne décédée.  

Face à l’épreuve, osons  

  • Mettre des mots sur ce que nous vivons; 
  • Accueillir notre vulnérabilité et nos émotions, car elles sont saines et légitimes en plus elles nous aident à traverser l’épreuve.  
  • Sortir du personnage de la femme forte ou de l’homme fort qui se montre inébranlable, c’est normal d’avoir de la peine. 
  • Recevoir les marques de sympathies des visiteurs et des proches. 

 

Le choix du lieu  

Il est important de choisir un lieu inspirant pour mettre le corps, que ce soit pour l’enterrer ou répandre les cendres.  

C’est symbolique, nous pouvons considérer ce lieu comme sa nouvelle adresse. Cela nous permettra de nous recueillir en sa mémoire.  

Visiter ce lieu procure une véritable paix intérieure tout comme regarder des vidéos commémoratifs, des photos et écouter ses musiques préférées aident aussi à rendre hommage à la personne décédée. 

 

Deuil, perte et renoncement 

Outre le deuil lié à un décès, il y a aussi d’autres types de deuils tels qu’une transition de vie: séparation, divorce, rupture, changement de vie, déménagement, perte d’autonomie, départ à la retraite, etc. 

Il est également possible de faire le deuil d’une personne qui est encore en vie. Cela consiste à faire le deuil de nos attentes envers cette personne, car elles ne se réalisent pas en fonction de ce que nous aimerions qu’elles se réalisent vraiment. C’est un cas de deuil relationnel.  

Il est aussi important de faire le deuil de la personne que tu n’as pas été. Cela te permet de mieux t’accueillir intérieurement. 

Sur ce, je te souhaite sincèrement de pouvoir trouver le chemin de l’apaisement face aux deuils que tu traverses ou que tu as traversé.  Sache que si tu as besoin d’aide, je suis là. 

Chaleureusement Claudine